– La Russie et sa crise de foi …

Moine et hérétique, séducteur et débauché, cet homme né dans la profonde Sibérie bouleversa la famille impériale de la Sainte Russie au début du XXème siècle. Comment un ermite repoussant a pu devenir la personne la plus influente de l’Empire Russe ? C’est l’histoire vraie de …

Raspoutine

Cheveux gras, Yeux perçants et barbe hirsute

La naissance de Grigori Raspoutine reste assez floue. D’après les historiens, il serait probablement né vers 1869 dans le village de Pokrovskoïe dans la profonde Sibérie. Ses parents étaient de  modestes fermiers. Grigori Raspoutine avait un seul frère, Andreï (il avait également plusieurs soeurs, mais qui sont mortes peu de temps après leurs naissances). Andreï lui, est mort vers l’âge de 15 ans. Alors qu’il accompagnait son frère Raspoutine dans la campagne, il passa à travers la glace d’une rivière gelée.

La légende veut qu’une météorite soit passée au dessus du village de Pokrovskïe en 1869, en guise de présage de la venue d’un être cosmique.

Très tôt, Raspoutine désire vivre une vie d’errance. A 18 ans, il quitte son village natal pour devenir une sorte de pélerin. Il fit son éducation auprès de ses semblables ermites religieux. Il trouva refuge dans les monastères et les hospices voisines. Très impressionnés par sa foi inébranlable, les prêtres orthodoxes le considéraient comme un favori. Sa vie d’errance continua en faisant l’aumone dans les foyers, et il se fit très vite une solide réputation d’homme mystique aux pouvoirs de prédictions et de guérison. Au delà de cela, il rejoignit une secte de la branche de l’église orthodoxe, qui consistait à punir le péché par le péché. Raspoutine commence alors sa vie de débauche, en participant aux orgies et aux spectacles érotiques.

Il continua à parcourir l’Europe de l’Est, jusqu’à Kiev. Et de nombreuses personnes firent le déplacement pour entendre ses prêches. Des malades vinrent le voir pour trouver la guérison. Raspoutine n’hésitait pas à dire « Ce n’est pas moi qui guéris, c’est Dieu. » Le clergé orthodoxe s’inquiétait de son succès, mais ne trouvait rien à redire. Sa réputation s’étendait, mais pourtant il continuait sa vie de débauché, buveur, bagarreur, séducteur et voleur…

Lorsqu’il arriva à Saint Petersbourg au printemps 1904, alors la capitale de l’empire Russe, il assista à la canonisation d’un moine local. Et devant toute l’assistance publique, Raspoutine entra en transe, et prédit la naissance d’un hériter mâle au trône impérial. Le 12 août 1904, naquit le jeune Tsar Alexis, malheureusement souffrant d’hémophilie.

La Famille Impériale

Si Raspoutine se trouvait à Saint Petersbourg, c’était pour rencontrer le Tsar Nicolas II et la Tsarine, qui étaient à ses yeux, trop occidentalisés. Il désirait les initiés à la véritable âme russe. Lorsque les grands évêques de Saint Petersbourg rencontrèrent Raspoutine, ils furent séduit par sa ferveur religieuse et son charisme. Ils le bénirent, et le considéraient comme un « envoyé de Dieu ». Raspoutine rencontra alors les grandes-duchesses Anastasia et Militza, filles de Nicolas II. La femme de Nicolas II, la tsarine, aimait s’entourer de nombreux mystiques pour la conseiller. Et lorsqu’elle recontra Raspoutine, il devint vite son préféré. C’est Raspoutine qui demanda a être conduit au chevet du petit Alexis, souffrant d’hémophilie. Lorsqu’il posa les mains sur le jeune malade, la crise s’enraya et la douleur disparut. Il se rendit donc par ce fait, complétement indispensable pour la famille impériale, et devint alors, une des personnes les plus influentes de Russie.

Il prit très vite un ascendant considérable sur le couple impérial. Invité à de nombreuses réceptions mondaines, il fit la connaissance de nombreuses femmes riches. Raspoutine inquiète et fascine. Son regard perçant est difficile à soutenir pour ses admiratrices et beaucoup cèdent à son charme hypnotique, et le prennent pour amant et guérisseur. Mais ces récits de débauche commencent à faire scandale.

Raspoutine avec ses nombreuses admiratrices

En 1912, le jeune Alexis subit de violentes crises d’hémorragie. Les médecins n’arrivent pas à le guérir, et les prêtres lui firent même l’extrême onction. Raspoutine fut alors appelé en renfort. Il entra en transe, et au bout de 10 minutes, il prononça les mots « Ouvre les yeux mon enfant. » Alors, Alexis se leva en souriant, en affirmant que son état s’était grandement amélioré. Raspoutine faisait partie alors de la Cour impériale, il avait les permissions pour aller et venir dans le palais et c’était lui même qui devait choisir les ministres du Tsar. Il continua en même temps sa vie de débauche, en continuant d’organiser des fêtes avec de l’alcool et du sexe comme principaux ingrédients. La cour impériale commença à critiquer Raspoutine et son influence sur la famille impériale. Il était désigné comme étant leur « mauvais ange ».

Pendant ce temps, la Russie commence à s’effondrer, c’est la révolution, et les premiers conflits de la première Guerre Mondiale apparaissent. On accuse alors Raspoutine d’être à l’origine des tourments que subit l’Empire Russe. Le 1er aout 1914; l’Allemagne déclare la guerre à la Russie, et les succès militaires de la Russie ne sont pas au rendez-vous. Nicolas II partit sur le front, laissant la tsarine et Raspoutine à la tête du palais. Les pires calomnies circulaient en même temps que les défaites s’accumulaient. La tsarine et Raspoutine furent ouvertement accusés de fraterniser avec l’enemi – la tsarine était d’origine allemande.

Alors que Raspoutine avait sali l’aristocratie russe en abusant des femmes, en pervertissant la tsarine, plusieurs complots naquirent afin d’assassiner le moine sibérien. Certains prétendaient que Raspoutine aurait neuf vies.

La nuit du 29 au 30 décembre 1916, Felix Ioussoupov, époux de la nièce du Tsar, invita Raspoutine à un dîner, afin de lui présenter une de ses amies intimes. Raspoutine, toujours avide d’aventures, accepta avec plaisir l’invitation. Felix mit assez de cyanure dans ses gâteaux et dans son vin pour tuer vingt hommes ! Mais lorsque Raspoutine engloutissait la nourriture, et descendait les jarres de vin, il se portait alors toujours bien. Même, il chantait et dansait. Agacé; Felix demanda à Raspoutine de faire une prière, il se mit alors à genoux, et commença sa prière. Felix sortit son revolver, et logea une balle en plein coeur de Raspoutine (si supposé qu’il en avait un).

Avec l’aide de ses complices, Felix descendit le cadavre du moine dehors afin de le jeter dans le fleuve. Felix, désireux de revoir sa victime et pour vérifier sa mort, prend son poul, mais ne le trouva pas. Soudain Raspoutine bondit et se jeta à la gorge de Felix pour l’étrangler, « l’écume à la bouche ». Les complices entendirent les cris de Felix et se portèrent à son secours. Il fut tiré quatre coups de feu, dont une balle logée en plein milieu du front. Raspoutine bougeait et gémissait encore. A violents coups de crosse, les complices tuèrent enfin Raspoutine. Le corps fut enveloppé dans un drap, et jeté dans la rivière gelée.

Le cadavre fut retrouvé le 1er janvier 1917. L’autopsie montra que Raspoutine n’était en effet pas mort d’empoisonnement, ni des balles, ni mêmes des coups, mais serait mort de noyade, car les poumons de Raspoutine étaient remplis d’eau. C’est à dire que lorsque Raspoutine fut jeté dans la rivière gelé, il respirait encore … coriace.

Raspoutine aurait fait une prédiction à la tsarine

« Je mourrai dans des souffrances atroces. Après ma mort, mon corps n’aura point de repos. Puis tu perdras ta couronne. Toi et ton fils vous serez massacrés ainsi que toute la famille. Après le déluge terrible passera sur la Russie. Et elle tombera entre les mains du Diable. »

Comme il l’avait prédit, la famille impériale ne survécut pas à son assassinat, la révolution bolchévique obligea le tsar Nicolas II à abdiquer dès le mois de mars suivant, puis toute la famille fut massacrée dans les caves de la villa Ipatiev, à Iekaterinbourg, dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918.

Après 1917, son image a été largement utilisée par la propagande bolchévique pour symboliser la déchéance morale de l’ancien régime honni. Puis fut reprise, déformée, amplifiée, dès 1917, par la littérature puis, à partir de 1928, par le cinéma et la télévision, qui en ont fait l’exploitation à la limite du fantastique et de l’érotisme. Plusieurs organes de Raspoutine auraient été vendus aux enchères, notamment son sexe de 29 cm (mais il s’agirait selon des sources d’un sexe non-humain, selon d’autres, il s’agirait d’un concombre de mer) Comme il l’avait prédit, son corps n’aura pas eu de repos, même après sa mort. Ainsi se termine l’histoire du moine sibérien Raspoutine …

_____________

L’info en plus !

_____________

Raspoutine fait actuellement l’objet d’une adaptation au cinéma français. Je vous laisse reconnaitre qui se cache derrière les traits du moine hérétique. A la réalisation, on retrouve Rose Bosch, réalisatrice du film « La Rafle ». La sortie de Raspoutine reste encore secrète… que de mystères !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s